De l’utilité de conserver les bibliothèques d’artistes

Un marque page orné de trois petits croquis dessinés par van Gogh a récemment été retrouvé dans un ouvrage ayant appartenu à l’artiste.

A la suite de The Art Newspaper, plusieurs sites internet se sont récemment fait l’écho de la découverte d’un marque-page, dessiné par van Gogh. Le marque page était resté dans un ouvrage que le peintre avait donné à son ami Anthon van Rappard en 1883.
Les dessins dateraient de la fin de l’année 1881, dans les premiers temps où il décide de se lancer dans la carrière artistique. Ces trois petits dessins représentent des paysans qui font peut-être écho à ceux dont il est question dans l’ouvrage, Histoire d’un paysan d’Emile Erckmann et Alexandre Chatrian, qui traite de la révolution française vue par un paysan.

Au-delà de l’intérêt de cette découverte pour l’histoire de l’art, elle souligne l’intérêt de conserver ou de reconstituer la bibliothèque d’un artiste par les ouvrages qui la composaient. Même si elle contient déjà beaucoup d’informations exploitables par le chercheur, la bibliothèque d’une personnalité ne saurait complètement se résumer à une liste d’ouvrages. Et les livres qu’elle contient ne valent pas seulement pour le texte qu’ils véhiculent mais aussi par leur matérialité et les traces de lecture qu’ils peuvent potentiellement porter. De la même manière, des fleurs séchées et une photographie avaient été retrouvé dans les pages d’ouvrages de Monet à Giverny. L’exemple du van Gogh met aussi en lumière les pratiques d’échange, de prêt et d’envoi de livre entre artistes.

Après être resté pendant plus de 130 an dans le main de la famille de van Rappard, le livre a été acheté par le musée van Gogh. Le travail de reconstitution des bibliothèques menées par certains institutions, s’il est long et assez incertain, est le garant d’une accès à toutes les dimensions de la bibliothèque d’un artiste. Dans le cas de van Gogh, qui était un grand lecteur, le travail sur la bibliothèque est essentiel pour percevoir une partie de l’univers mentale de l’artiste.
C’est aussi au prix d’un ce travail minutieux de reconstitution de ces bibliothèques que se dessinent les contours d’une bibliothèque partagée, de références communes qui permettent de mieux comprendre l’univers livresque d’une époque ou d’un groupe d’artiste et ainsi de participer à l’écriture plus globale d’une histoire des idées.