Atelier annuel


Antibes, Fondation Hartung-Bergman
8 – 10 avril 2018

Dans le cadre de ses activités scientifiques, le programme de recherche Les Bibliothèques d’artistes (Université Paris Nanterre, Labex Les Passés dans le présent, EA4414 Histoire des arts et des représentations) organise cette année un atelier à la fondation Hartung-Bergman. L’objectif est de réunir des institutions et des chercheurs, certains partenaires du projet d’autres non, qui travaillent sur la question des bibliothèques d’artistes afin d’explorer ensemble la singularité de cette ressource pour l’histoire de l’art et de développer des méthodologies pour la traiter et l’exploiter.

Afin d’explorer cette très vaste problématique, deux thématiques principales ont été retenues : le traitement numérique des bibliothèques d’artistes et ses définitions, limites et frontières.

Définitions, limites et frontières des bibliothèques d’artistes

  • La bibliothèque est un objet de recherche complexe qui soulève de nombreuses questions : quels livres ont été lus ? Lesquels ont marqués l’artiste ? Quels livres a-t-il lu mais qui ne sont pas conservés dans sa bibliothèque ?
  • Quels sont les types de bibliothèques : conservées, reconstituées, mentales… Doit-on les traiter différemment ?
  • Comment répondre à ces questions ? Que faire quand on ne peut pas y répondre ?
  • Qu’est-ce que toutes ces questions impliquent pour l’étude d’une bibliothèque dans la perspective de l’histoire de l’art ?
  • Est-ce qu’une méthodologie générale peut être élaborée pour l’étude de cet objet ou faut-il toujours fonctionner au cas par cas ?
  • Quels sont tous les enseignements qu’on peut tirer d’une bibliothèque ? (découverte du processus créatif de l’artiste, de son rapport à l’objet livre, mise en lumière de son réseau, des pratiques sociales autour du livre, …)

Le traitement numérique des bibliothèques d’artistes

  • Au sein des institutions et par les chercheurs (les différences entre les types d’institutions, entre le traitement par les chercheurs et les institutions, quelles enseignements tirés de ces différents traitements ?)
  • Suivant les types de bibliothèques : conservées, reconstituées, mentales…
  • Quelles obligations fonctionnelles doivent remplir les institutions dans le traitement de ces fonds ? À l’inverse quelles sont les attentes des chercheurs pour pouvoir exploiter au mieux ces ressources ?
  • Études de cas concrets du traitement numérique de ces bibliothèques (logiciels de traitement, construction des fiches bibliographiques, cas limites…
  • Sortir du monographique ? Les liens avec les autres bases/catalogues de bibliothèque. Faire fonctionner l’interopérabilité…
  • Comment faire connaître ces fonds une fois qu’ils ont été inventoriés et traités ?

L’atelier réunira une dizaine de participants dont :

  • Les membres de la Fondation Hartung-Bergman qui nous accueillent : Thomas Schlesser (directeur), Elsa Hougue (responsable coordination des projets), Jean-Luc Uro  (expert de  l’œuvre  d’Hartung  et responsable de  la base de  données), Christine  Lamothe  et  Hervé  Coste  de  Champeron  (experts  de  l’œuvre  de Bergman)
  • Ségolène  Le  Men,  professeur  émérite  d’histoire  de  l’art,  université  Paris Nanterre, responsable du projet Bibliothèques d’artistes
  • Félicie Faizand de Maupeou, post-doctorante chargée du développement du projet Bibliothèques d’artistes
  • Rivka Susini, doctorante impliquée dans le projet Bibliothèques d’artistes
  • Hugo  Daniel,  Responsable  de  l’École  des  Modernités,  Chargé  de  mission curatoriale, Fondation Giacometti
  • Sabrina Dubbeld, Chargée de recherche post-doctorale pour le projet URBAM, laboratoire  LESA  de  l’université  Aix-Marseille  /  MUCEM.  Spécialiste  d’Etienne Martin et de sa bibliothèque
  • Lilie Fauriac, doctorante – Bourse immersion au musée Picasso
  • Monika Keska, université de Grenade. A travaillé sur la bibliothèque de Francis Bacon en tant que post-doctorante au Trinity College de Dublin et à Dublin City Gallery – The galerie Hugh Lane


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.