Les archives d’Ettore Sottsass

A l’occasion de l’exposition Ettore Sottasass , l’objet magique qui se tient du 13 octobre 2021 au 3 janv. 2022 au Centre Pompidou, la bibliothèque Kandinsky organise une soirée de consultation collective des archives papier et photographiques du designer italien.

Le fonds des archives d’Ettore Sottsass a rejoint le Musée national d’art moderne en 2013. Il complète les 432 dessins et objets déjà présents dans la collection. Cette donation, consentie par la veuve d’Ettore Sottsass, complète le reversement en 2003 des archives professionnelles du designeur autour de sa collaboration avec la firme Olivetti.
Ce fonds contient quelque deux mille ouvrages issus de la bibliothèque privée de l’artiste. A l’issue de l’inventaire et du traitement de ces livres, ils seront versés dans le fonds d’imprimés de la bibliothèque Kandinsky.

 

De l’utilité de conserver les bibliothèques d’artistes

Un marque page orné de trois petits croquis dessinés par van Gogh a récemment été retrouvé dans un ouvrage ayant appartenu à l’artiste.

A la suite de The Art Newspaper, plusieurs sites internet se sont récemment fait l’écho de la découverte d’un marque-page, dessiné par van Gogh. Le marque page était resté dans un ouvrage que le peintre avait donné à son ami Anthon van Rappard en 1883.
Les dessins dateraient de la fin de l’année 1881, dans les premiers temps où il décide de se lancer dans la carrière artistique. Ces trois petits dessins représentent des paysans qui font peut-être écho à ceux dont il est question dans l’ouvrage, Histoire d’un paysan d’Emile Erckmann et Alexandre Chatrian, qui traite de la révolution française vue par un paysan.

Au-delà de l’intérêt de cette découverte pour l’histoire de l’art, elle souligne l’intérêt de conserver ou de reconstituer la bibliothèque d’un artiste par les ouvrages qui la composaient. Même si elle contient déjà beaucoup d’informations exploitables par le chercheur, la bibliothèque d’une personnalité ne saurait complètement se résumer à une liste d’ouvrages. Et les livres qu’elle contient ne valent pas seulement pour le texte qu’ils véhiculent mais aussi par leur matérialité et les traces de lecture qu’ils peuvent potentiellement porter. De la même manière, des fleurs séchées et une photographie avaient été retrouvé dans les pages d’ouvrages de Monet à Giverny. L’exemple du van Gogh met aussi en lumière les pratiques d’échange, de prêt et d’envoi de livre entre artistes.

Après être resté pendant plus de 130 an dans le main de la famille de van Rappard, le livre a été acheté par le musée van Gogh. Le travail de reconstitution des bibliothèques menées par certains institutions, s’il est long et assez incertain, est le garant d’une accès à toutes les dimensions de la bibliothèque d’un artiste. Dans le cas de van Gogh, qui était un grand lecteur, le travail sur la bibliothèque est essentiel pour percevoir une partie de l’univers mentale de l’artiste.
C’est aussi au prix d’un ce travail minutieux de reconstitution de ces bibliothèques que se dessinent les contours d’une bibliothèque partagée, de références communes qui permettent de mieux comprendre l’univers livresque d’une époque ou d’un groupe d’artiste et ainsi de participer à l’écriture plus globale d’une histoire des idées.

La Bibliothèque vagabonde

Exposition de livres d’artistes à l’atelier “Le 31”

“La Bibliothèque Vagabonde” regroupe 19 artistes au sein de 4 structures amovibles, transportables. Chaque structure a pour dimensions : 189 de hauteur, 1m12 de longueur et 35cm de profondeur.
Ces artistes y exposent leurs livres d’artiste. Cette année, ils présenteront leurs œuvres sur le thème du Désir ainsi que d’autres livres.
Artistes exposant : Nathalie D’Alessandro, Claire Archenault, Isabelle Aubry, Yannick Charon, Aline Maigne, Stéphanie Ménasé, Odile Molas-Servant, MWLC, Daniel Nassoy, Cristina Oliosi, Deyanira Palacio, Passante Pensante, Rosemary Piolais, Mathilde Roux, Traute Schamljohann, Mieke Vasse, Chantal Viaud, Florence Wetzel.
Artistes invitées : Ombline de Benque, Blandine Courcoux, Fabienne Huygevelde.
VERNISSAGE : samedi 13 mars de 14h à 17h
EVENEMENT : jeudi 25 mars chansons érotiques dans l’après-midi

La_Bibliothèque_Vagabonde

Les cours au collège de France de William Marx “Construire, déconstruire la bibliothèque” sont en ligne

L’histoire de la littérature est difficilement séparable de celle des bibliothèques dans lesquelles sont lues les œuvres littéraires ou qui nous les ont transmises. L’œuvre singulière, particulière, existe à peine par elle-même : elle se détache toujours sur un fond plus ou moins perceptible d’autres œuvres, d’autres textes, parmi lesquels elle fait sens et qui orientent notre compréhension. Toute lecture se fonde sur une comparaison au moins implicite. Comment de telles bibliothèques, matérielles ou immatérielles, se sont-elles constituées depuis l’Antiquité classique ? Comment fonctionnent-elles ? Peut-on concevoir d’autres bibliothèques, d’autres étagères, d’autres listes ou canons, où figureraient d’autres textes que nous ne connaissons pas, perdus, oubliés, négligés ? Qui sait si ces bibliothèques autres ne permettraient pas aussi de donner un sens différent aux textes que nous connaissons – ou croyons connaître –, et d’en renouveler suffisamment la lecture, les enseignements et les plaisirs qu’ils nous donnent ?

Retrouvez l’intégralité des cours en vidéo sur https://www.college-de-france.fr/site/william-marx/course-2019-2020.htm

Appel à communication

« Les bibliothèques et collections aquitaines au temps de Montaigne » (Bordeaux, 15 octobre 2020)

Deuxième journée : « Les bibliothèques et collections aquitaines »
15 octobre 2020

Depuis les années 1850, la bibliothèque de Montaigne n’a cessé de fasciner les chercheurs. En revanche, aujourd’hui encore peu de recherches sont menées sur le contexte du réseau des bibliothèques au sein duquel la librairie du philosophe a pris sa place. Ce réseau, au double sens géographique et intellectuel, se laisse reconstituer à partir de plusieurs types de sources. S’agissant souvent, d’une part, de collectionnisme et de résultats d’une activité intellectuelle intense, la question des bibliothèques invite parallèlement celle de la constitution des premières collections d’antiquités en Aquitaine. D’autre part, la reconstitution d’un ensemble de bibliothèques de petite ou moyenne taille, qui ont laissé leur trace dans les archives, nous révélerait l’ampleur et la nature de la culture de la lecture dans la région.

Retrouvez l’intégralité du texte de l’appel à communication sur http://blog.apahau.org/appel-a-communication-les-bibliotheques-et-collections-aquitaines-au-temps-de-montaigne-bordeaux-15-octobre-2020/

Cosmos 1939: Georges Salles / Walter Benjamin

L’artiste Jean-Michel Alberola présente Cosmos 1939: Georges Salles / Walter Benjamin au Centre Dominique-Vivant Denon (musée du Louvre) jusqu’au 1er mars 2019.

Inspiré par le Centre Dominique Vivant Denon, Jean–Michel Alberola propose une création originale, qui fait dialoguer les écrits du conservateur Georges Salles (1889-1966) et du philosophe Walter Benjamin (1892-1940), publiés en 1939. Cette œuvre protéiforme associe dessins inédits, lithographies, livres et photographie, caractéristique de la production de Jean-Michel Alberola, entre réflexions artistiques et questionnements philosophiques.

La création est visible du mercredi au vendredi de 13h à 17h, 
Centre Dominique-Vivant Denon, musée du Louvre , Porte des Arts, jusqu’au 1er mars 2019.

Séminaire Imaginaires et représentations des bibliothèques

En lien étroit avec le projet Bibliothèques d’artistes, ce séminaire se donne pour objet de recherche les relations entre art et bibliothèque à travers la manière dont les artistes se sont emparés de ce matériau pour en faire un dispositif aussi bien plastique que théorique, un objet de représentation ou une source d’inspiration qui nourrit leur travail et leur imaginaire.

Dans une perspective interdisciplinaire, nous nous intéresserons aux emplois et imageries des bibliothèques dans les arts : peinture, installations, architecture, cinéma, théâtre, littérature…) Il s’agira également d’évaluer et d’interroger, d’un point de vue historiographique, la prise en compte récente par les historiens de l’art du corpus représenté par la bibliothèque.

Chaque mois, chercheurs et artistes viendront dialoguer autour de ces questions qui permettent d’explorer la manière dont l’imaginaire des bibliothèques se déploie aujourd’hui, mettant en scène notre relation, réelle ou fantasmée, au savoir et à l’objet livre.

Programme :

10/01 – SÉGOLÈNE LE MEN (Paris Nanterre)
Les bibliothèques d’artistes et l’écriture de l’histoire de l’art : le cas de la bibliothèque de Claude Monet

07/02 – MARC DÉCIMO (Paris Nanterre) et LAURENCE MADELINE (Conservatrice en chef du patrimoine)
Les bibliothèques d’artistes et l’écriture de l’histoire l’art (2) : Marcel Duchamp confronté à Pablo Picasso

07/03 – MARC DESGRANDCHAMPS (Artiste) et FRANÇOIS RENÉ MARTIN (ENSBA Paris)
La bibliothèque, un matériau artistique : rencontre avec Marc Desgrandchamps

04/04 – OLGA MEDVEDKOVA (CNRS/Pépin), avec MILDRED GALLAND-SZYMKOWIAK (CNRS/THALIM)
Bibliothèques d’architectes / Architectures de bibliothèques

16/05 – JULIEN PRÉVIEUX (Artiste)
La bibliothèque, un matériau artistique (2) : le travail de Julien Prévieux autour de la bibliothèque Madoff

06/06 – ERIC DUSSERT (BnF), FLORENT CHOPIN (artiste), JEAN LE GAC (artiste, sous réserve), RONAN-JIM SÉVELLEC, artiste, sous réserve)
Exposer la bibliothèque ?

 

Lieu : INHA – salle Fabri de Peiresc

Horaires : 16h-18h

 

Organisatrices : Ada Ackerman et Félicie Faizand de Maupeou

adaackerman@gmail.com et feliciedemaupeou@gmail.com

affiche_Imaginaire_art_biblio_2018

 

Un portrait intérieur – Le musée imaginaire des impressionnistes Retour en images et en quelques mots sur le colloque

Du 6 au 8 septembre 2016 s’est déroulé, au musée des Beaux-arts de Rouen, un colloque international consacré à la question du musée imaginaire dans l’art impressionniste. Centrées sur l’étude des sources, les interventions ont révélé la richesse et la pluralité d’inspiration de ces peintres, qui loin de se cantonner à la seule nature, se nourrissent du foisonnement de leur époque. Ils se promènent longuement dans les musées pour apprendre des grands maîtres et dans les expositions contemporaines, ils lisent beaucoup les auteurs classiques comme  les théoriciens contemporains. Outre cette culture savante, ils lisent également les journaux, feuillettent les publicités et les catalogues de vente, regardent les caricatures de presse et collectionnent les timbres postaux.

L’enjeu de ces interventions et des discussions qui les ont émaillées était de comprendre comment les artistes ont eu accès à cette multiplicité de sources, comment ils s’en sont emparés et comment in fine ils se la sont appropriés jusqu’à en faire un matériau pour leur création. S’il n’est pas toujours évident d’établir une filiation claire, de tirer un trait d’une œuvre à une autre, ces nouvelles sources sont autant de pièces ajoutées au dossier génétique des œuvres. Nous avons ainsi pénétrer un peu plus avant dans l’intimité des impressionnistes, dont l’acte créateur reste encore bien souvent nimbé d’une aura de spontanéité, d’instantanéité voire de naïveté.

Comme souvent, loin d’avoir clôt le champ d’étude, ce colloque l’a ouvert. Il a lancé des pistes pour poursuivre la réflexion autour du musée imaginaire, appliqué aux études impressionnistes. Assumant l’utilisation élargie du concept d’André Malraux, c’est une invitation lancée aux chercheurs à s’en emparer, comme d’un nouvel outil pour dessiner un portrait toujours plus nuancé et profond des artistes.

Journée d’étude au Louvre : La lumière au prisme d’Augustin Fresnel entre arts et sciences

A l’occasion de l’année internationale de la lumière, le Louvre et l’École Polytechnique s’associent dans l’organisation d’une journée d’étude internationale consacrée au dialogue entre arts et sciences.

Partant des recherches d’Augustin Fresnel sur la lumière ondulatoire, les intervenants de cette journée, qui se déroule le lundi 2 novembre à l’auditorium du Louvre, se proposent d’examiner la question d’une éventuelle corrélation entre cette découverte et l’évolution du traitement de la lumière dans la peinture de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’à l’impressionnisme.

Cette manière d’envisager les évolutions artistiques à travers les porosités entre les disciplines enrichira notre réflexion autour du musée imaginaire des artistes, compris dans son acception large d’horizon culturel.

 

Workshop : Publier sa recherche en histoire de l’art aux États-Unis

Le 31 mars 2015 à 16h
 
Emily D. Shapiro, rédactrice en chef d’American Art (revue co-éditée par le Smithsonian American Art Museum et University of Chicago Press)
 
Bien que chaque revue ou éditeur soit unique, l’édition aux États-Unis obéit à un ensemble de règles et de conventions communes. Lors d’un workshop, Emily D. Shapiro, rédactrice en chef de la revue American Art, présentera l’édition de la recherche en histoire de l’art outre-Atlantique et répondra aux questions des participants.
 
Ce workshop abordera les bases de la préparation d’un article ou d’un manuscrit mais aussi comment identifier et s’adresser aux éditeurs et comment maximiser ses chances d’être publier. Il fournira également un aperçu des processus de sélection et des différentes étapes de la chaîne éditoriale.
 
Cette rencontre, qui se tiendra en anglais, est conçue pour les doctorants et les chercheurs post-doc en histoire de l’art qui cherchent à publier leurs travaux ou qui s’apprêtent à soumettre un projet de recherche ou un manuscrit à une revue ou un éditeur.
 
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation souhaitée avant le 27 mars à l’adresse suivante information@terraamericanart.eu.
 
Lieu :
Terra Foundation for American Art Europe
29, rue des Pyramides
75001 Paris