De l’utilité de conserver les bibliothèques d’artistes

Un marque page orné de trois petits croquis dessinés par van Gogh a récemment été retrouvé dans un ouvrage ayant appartenu à l’artiste.

A la suite de The Art Newspaper, plusieurs sites internet se sont récemment fait l’écho de la découverte d’un marque-page, dessiné par van Gogh. Le marque page était resté dans un ouvrage que le peintre avait donné à son ami Anthon van Rappard en 1883.
Les dessins dateraient de la fin de l’année 1881, dans les premiers temps où il décide de se lancer dans la carrière artistique. Ces trois petits dessins représentent des paysans qui font peut-être écho à ceux dont il est question dans l’ouvrage, Histoire d’un paysan d’Emile Erckmann et Alexandre Chatrian, qui traite de la révolution française vue par un paysan.

Au-delà de l’intérêt de cette découverte pour l’histoire de l’art, elle souligne l’intérêt de conserver ou de reconstituer la bibliothèque d’un artiste par les ouvrages qui la composaient. Même si elle contient déjà beaucoup d’informations exploitables par le chercheur, la bibliothèque d’une personnalité ne saurait complètement se résumer à une liste d’ouvrages. Et les livres qu’elle contient ne valent pas seulement pour le texte qu’ils véhiculent mais aussi par leur matérialité et les traces de lecture qu’ils peuvent potentiellement porter. De la même manière, des fleurs séchées et une photographie avaient été retrouvé dans les pages d’ouvrages de Monet à Giverny. L’exemple du van Gogh met aussi en lumière les pratiques d’échange, de prêt et d’envoi de livre entre artistes.

Après être resté pendant plus de 130 an dans le main de la famille de van Rappard, le livre a été acheté par le musée van Gogh. Le travail de reconstitution des bibliothèques menées par certains institutions, s’il est long et assez incertain, est le garant d’une accès à toutes les dimensions de la bibliothèque d’un artiste. Dans le cas de van Gogh, qui était un grand lecteur, le travail sur la bibliothèque est essentiel pour percevoir une partie de l’univers mentale de l’artiste.
C’est aussi au prix d’un ce travail minutieux de reconstitution de ces bibliothèques que se dessinent les contours d’une bibliothèque partagée, de références communes qui permettent de mieux comprendre l’univers livresque d’une époque ou d’un groupe d’artiste et ainsi de participer à l’écriture plus globale d’une histoire des idées.

La bibliothèque, miroir de notre intimité

Tel est le titre de l’article de Marion Vignal, paru dans Le Monde le 4 janvier 2021. Elle met en lumière l’omniprésence des livres en arrière plan des multiples réunions professionnelles ou personnelles que la pandémie oblige à tenir en visioconférence.

Ces rayonnages d’ouvrages rappellent que le livre est loin d’avoir perdu la bataille contre le numérique et qu’il constitue même une valeur refuge pendant cette crise, comme en témoigne les très nombreuses protestations qui ont accompagné le maintien de la fermeture des librairies pendant le second confinement.

Cette multiplication d’images de bibliothèque a été remarquée par plusieurs médias et a même fait l’objet d’une étude quantitative à partir des images de CNN. Si beaucoup analysent ce choix de décor comme une “quête de statut culturel”, il faut aussi noter que ces rayonnages lèvent le voile sur une part intime de leur propriétaire. Que ce soit le choix des livres qui y sont conservés ou la manière de les organiser, la journaliste du Monde explore le rapport de plusieurs personnalités à leur bibliothèque.

 On peut espérer que cet intérêt porté aux bibliothèques personnelles incite à la conservation de ces ensembles qui constituent de précieux témoignages de la culture livresque et par extension de l’univers mental de tout un chacun.

Projet : My Artsphere, réseau social et musée virtuel

“My Artsphere est le salon en ligne du 21ème siècle, le réseau social dédié aux jeunes artistes. Dans leur pratique solitaire, les jeunes artistes ont des difficultés à émerger et à trouver leur voie dans le monde de l’Art. Il n’y a jamais eu autant de personnes passionnées par l’Art, autant de jeunes artistes talentueux sortant de l’école et aussi peu de mouvements, groupes ou salons pour les soutenir. L’Art est l’un des seuls secteurs où les nouvelles technologies n’ont pas encore apportées plus de transparence et de méritocratie.”

“My Artsphere a pour but d’inspirer la création en permettant aux artistes d’échanger entre eux et de promouvoir leur art. Il existe de nombreux réseaux sociaux: Facebook pour les amis, Linkedin pour le business, Skype pour la voix, Twitter pour les nouvelles, Instagram, Pinterest, Tumblr et Flickr pour les images… Mais aucun outil sur mesure ne répond aux besoins des artistes. Pour éviter que le processus de création ne soit une expérience trop solitaire, les artistes ont besoin d’échanger des idées et de promouvoir leur art comme ils avaient l’habitude de le faire dans les groupes ou salons… My Artsphere a pour but de répondre à ce besoin: Un outil pour les artistes par les artistes !

Les personnes travaillant sur ce projet si prometteur rassemblent en ce moment même et jusqu’au premier juillet les fonds nécessaires pour que ce projet devienne réalité par le biais du “crowdfunding”. Si vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez faire un don ici.

Site officiel de My Artsphere (http://www.myartsphere.com/)

Page facebook (https://www.facebook.com/myartsphere)

Nouveau numéro de Artl@as Bulletin “Spatial (Digital) Art History”

Le dernier numéro de la revue Artl@s Bulletin est consacré au thème Spatial (Digital) Art History.

Sommaire :

“Towards a Spatial (Digital) Art History” Catherine Dossin

“Change over Time: Neatline and the Study of Architectural History” Lisa Reilly

“Wired! and Visualizing Venice: Scaling up Digital Art History” Kristin Huffman Lanzoni, Mark J.V. Olson, and Victoria E. Szabo

“Provincializing Paris: The Centre/Periphery Narrative of Modern Art in Light of Quantitative and Transnational Approaches” Béatrice Joyeux-Prunel

“A Research-Based Model for Digital Mapping and Art History: Notes from the Field” 
Paul B. Jaskot, Anne Kelly Knowles, Andrew Wasserman, Stephen Whiteman, and Benjamin Zweig

ARTL@S at Work

“Les rues des tableaux: Géographie du marché de l’art parisien (1815-1955)” Léa Saint-Raymond, Félicie de Maupeou, and Julien Cavero

Poiesis

“Digital Space Art (History)?” France Languérand

The Artl@s Bulletin is a peer-reviewed, transdisciplinary journal devoted to spatial and transnational questions in the history of the arts and literature. The journal promises to never separate methodology and history, and to support innovative research and new methodologies. Its ambition is twofold: An insistence on the “transnational” as constituted by exchange between local and international or transnational, and an openness to innovation in research methods, particularly the quantitative possibilities offered by digital mapping and data visualization. By encouraging scholars to continuously shift the scope of their analysis from the national to the transnational, Artl@s Bulletin intends to contribute to the collective project of a global history of the arts and literature.

Artl@s Bulletin (ISSN 2264-2668) is published biannually by the École normale supérieure, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris, France and the Centre national pour la recherche scientifique 16, rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris, France. The online version of the ARTL@S Bulletin is hosted by Purdue Scholarly Publishing Services at: http://docs.lib.purdue.edu/artlas/

The ARTL@S Bulletin welcomes submissions from scholars worldwide and at every stage in their career throughout the year. As a general guideline, manuscripts submitted to the ARTL@S Bulletin average between 5,000 and 7,000 words, including footnotes. Articles may be in English, French, German, Italian or Spanish.

For more information on the aims and scope of the Artl@s Bulletin, please see the About the Journal page, and feel free to contact the editors, Catherine Dossin (cdossin@purdue.edu) and Béatrice Joyeux-Prunel (beatrice.joyeux-prunel@ens.fr).

Workshop : Publier sa recherche en histoire de l’art aux États-Unis

Le 31 mars 2015 à 16h
 
Emily D. Shapiro, rédactrice en chef d’American Art (revue co-éditée par le Smithsonian American Art Museum et University of Chicago Press)
 
Bien que chaque revue ou éditeur soit unique, l’édition aux États-Unis obéit à un ensemble de règles et de conventions communes. Lors d’un workshop, Emily D. Shapiro, rédactrice en chef de la revue American Art, présentera l’édition de la recherche en histoire de l’art outre-Atlantique et répondra aux questions des participants.
 
Ce workshop abordera les bases de la préparation d’un article ou d’un manuscrit mais aussi comment identifier et s’adresser aux éditeurs et comment maximiser ses chances d’être publier. Il fournira également un aperçu des processus de sélection et des différentes étapes de la chaîne éditoriale.
 
Cette rencontre, qui se tiendra en anglais, est conçue pour les doctorants et les chercheurs post-doc en histoire de l’art qui cherchent à publier leurs travaux ou qui s’apprêtent à soumettre un projet de recherche ou un manuscrit à une revue ou un éditeur.
 
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Réservation souhaitée avant le 27 mars à l’adresse suivante information@terraamericanart.eu.
 
Lieu :
Terra Foundation for American Art Europe
29, rue des Pyramides
75001 Paris

Musées imaginaires

Le projet « Images dialectiques, musées imaginaires, musées virtuels » vise à comprendre comment la reproductibilité technique transforme à la fois les œuvres d’art et l’institution muséale qui les conserve et les expose.

En effet, avec la gravure, la photographie et le cinéma, chacun est libre de composer « son » musée imaginaire ; aujourd’hui, la révolution du numérique entraîne une troisième révolution de l’image et donne une expansion sans limite aux musées virtuels, définis comme des « musées hors les murs » (Museums without walls).

Le concept d’ « images dialectiques», emprunté à Walter Benjamin, prend alors tout son sens: passé et présent s’entremêlent d’autant plus au sein des images que celles-ci sont plus rapidement reproduites, donc accessibles.

Pour aborder ce phénomène, un triple paradigme a donc été retenu: celui des “images dialectiques” en lien avec celui des musées imaginaires actualisés sous le format des musées virtuels. Il sera étudié à l’aune de différents corpus qui, par l’originalité de leur format, articulent ces trois aspects : les cartes postales, les bibliothèques d’artistes, les photographies et illustrations d’historiens de l’art, les illustrations dans les catalogues de vente, les affiches, les images de cathédrales et les Artists Web Projects.