3. Archives

La monumentalité en carte postale

Le point de départ de ce projet est la collection privée de France Debuissons exclusivement composée de cartes postales représentant des monuments sculptés français (métropole et ex-colonies). Elle forme un fonds exceptionnel qui compte aujourd’hui environ 30 000 cartes postales et plusieurs milliers de photographies. La multiplication des monuments sculptés et le développement de la carte postale sont historiquement parallèles, et connaissent une apogée conjointe avant la première guerre mondiale. La carte postale, par son caractère reproductible, pourrait être rapprochée de la gravure. Cependant, elle n’est jamais issue d’une commande d’érudits. Image de curiosité, art populaire, « reportage en temps réel », elle participe de la construction d’une mémoire collective et sert, bien souvent, de support à la diffusion d’un propos idéologique. La carte postale, par son accumulation même et son aspect systématique permet également de reproduire le monument : en étudiant ce corpus de manière globale, on mesure ainsi à quel point une même sculpture a pu être démultipliée sur le territoire. La carte, accessible à tous, et vendue pour quelques sous, devient comme une sorte de monument privé, de monument domestique. Sorte de retable de poche, elle offre l’équivalent, dans l’hommage laïc aux héros de la République, de l’image pieuse marquant les pages du missel.

Le répertoire a été réalisé par France Debuisson, le musée d’Orsay et l’Ecole du Louvre, et a bénéficié du concours du ministère de la Culture (Service des musées de France), de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), de l’Ecole du Louvre, du Labex « les passés dans le présent » (Université Paris-Nanterre) et du ministère de l’Education nationale.
Il est désormais achevé et hébergé par le musée d’Orsay à l’adresse https://anosgrandshommes.musee-orsay.fr/

 

Les illustrations de catalogues de vente

Alors que se multiplient les ventes publiques, depuis la construction de l’Hôtel Drouot en 1852, se développe de façon parallèle une nouvelle forme de musée imaginaire. Les illustrations du catalogue de la vente, assurent le lien entre deux musées-galeries réels : la collection du vendeur, bientôt démantelée, et les collections des acquéreurs, qu’ils soient collectionneurs particuliers ou marchands. La particularité de ce musée imaginaire tient, paradoxalement, à son effectivité dans la sphère réelle. En effet, les reproductions se cristallisent dans l’inconscient de l’amateur et lui donnent plus facilement de prises pour se représenter les œuvres mises en vente, donc pour faire naître en lui un supplément de désir par rapport aux lots qui ne seraient pas illustrés. C’est un contre-exemple à la théorie de Walter Benjamin, selon laquelle la reproduction retire à l’œuvre une part de son aura.

Ce projet, initialement porté par le projet Images dialectiques, musées imaginaires, musées imaginaires a finalement été développé par Léa Saint Raymond dans sa thèse Le pari des enchères : le lancement de nouveaux marchés artistiques à Paris entre les années 1830 et 1939, conduite sous la direction de Ségolène Le Men et soutenue en octobre 2018.