Les illustrations de catalogues de vente

Alors que se multiplient les ventes publiques, depuis la construction de l’Hôtel Drouot en 1852, se développe de façon parallèle une nouvelle forme de musée imaginaire. Les illustrations du catalogue de la vente, assurent le lien entre deux musées-galeries réels : la collection du vendeur, bientôt démantelée, et les collections des acquéreurs, qu’ils soient collectionneurs particuliers ou marchands. La particularité de ce musée imaginaire tient, paradoxalement, à son effectivité dans la sphère réelle. En effet, les reproductions se cristallisent dans l’inconscient de l’amateur et lui donnent plus facilement de prises pour se représenter les œuvres mises en vente, donc pour faire naître en lui un supplément de désir par rapport aux lots qui ne seraient pas illustrés. C’est un contre-exemple à la théorie de Walter Benjamin, selon laquelle la reproduction retire à l’œuvre une part de son aura.

Ce corpus d’illustrations de catalogues de ventes sera donc analysé à l’aide des humanités numériques, en collaboration avec le projet Artl@s. Après un travail de numérisation et de mise en base de données, à la manière du Getty Research Institute mais pour la période allant de 1850 à 1900, chaque œuvre mise en vente sera associée à l’éventuelle présence d’une reproduction dans le catalogue, mais également à son prix d’adjudication et à l’identité de son acquéreur, informations que l’on retrouve dans le procès-verbal de la vente. Ceci permettra donc, d’une part, de saisir économiquement la plus-value qu’apporte la reproduction dans le catalogue, mais également de mettre en relation, de façon plus systématique et globale, l’ensemble de ces musées imaginaires, c’est-à-dire de comprendre quels sont les artistes dont les œuvres sont les plus reproduites tout en déclinant cette distinction selon la catégorie sociale de l’offreur et des acquéreurs. Ce projet permettra donc de saisir le passage, quasi alchimique, du musée imaginaire à la collection réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *