La monumentalité en carte postale

Le point de départ du projet est une collection privée exclusivement composée de cartes postales représentant des monuments sculptés français (métropole et ex-colonies) qui compte aujourd’hui environ 30 000 cartes postales et plusieurs milliers de photographies formant un fonds exceptionnel. La multiplication des monuments sculptés et le développement de la carte postale sont historiquement parallèles, et connaissent une apogée conjointe avant la première guerre mondiale. La carte postale, par son caractère reproductible, pourrait être rapprochée de la gravure. Cependant, elle n’est jamais issue d’une commande d’érudits. Image de curiosité, art populaire, « reportage en temps réel », elle participe de la construction d’une mémoire collective et sert, bien souvent, de support à la diffusion d’un propos idéologique. La carte postale, par son accumulation même et son aspect systématique permet également de reproduire le monument : en étudiant ce corpus de manière globale, on mesure ainsi à quel point une même sculpture a pu être démultipliée sur le territoire. La carte, accessible à tous, et vendue pour quelques sous, devient comme une sorte de monument privé, de monument domestique. Sorte de retable de poche, elle offre l’équivalent, dans l’hommage laïc aux héros de la République, de l’image pieuse marquant les pages du missel.

1 Pour paraphraser l’expression « troisième révolution du livre ». Exp. Les trois révolutions du livre (Alain Mercier dir.), Paris, Imprimerie nationale, Musée des Arts et Métiers, 2002.
2 A. Malraux, Le Musée imaginaire, Skira, 1947. The Voices of silence. 1, Museum without Walls, Translated from the French by Gilbert Stuart and Price Francis, Londres, 1967.
3 R. Chartier et H.-J. Martin (dir.), Histoire de l’édition française, , tome 3, Le temps des éditeurs. Du Romantisme à la Belle Époque, Paris, 1985.

 

Présentation base de données

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *