Un portrait intérieur – Le musée imaginaire des impressionnistes Retour en images et en quelques mots sur le colloque

Du 6 au 8 septembre 2016 s’est déroulé, au musée des Beaux-arts de Rouen, un colloque international consacré à la question du musée imaginaire dans l’art impressionniste. Centrées sur l’étude des sources, les interventions ont révélé la richesse et la pluralité d’inspiration de ces peintres, qui loin de se cantonner à la seule nature, se nourrissent du foisonnement de leur époque. Ils se promènent longuement dans les musées pour apprendre des grands maîtres et dans les expositions contemporaines, ils lisent beaucoup les auteurs classiques comme  les théoriciens contemporains. Outre cette culture savante, ils lisent également les journaux, feuillettent les publicités et les catalogues de vente, regardent les caricatures de presse et collectionnent les timbres postaux.

L’enjeu de ces interventions et des discussions qui les ont émaillées était de comprendre comment les artistes ont eu accès à cette multiplicité de sources, comment ils s’en sont emparés et comment in fine ils se la sont appropriés jusqu’à en faire un matériau pour leur création. S’il n’est pas toujours évident d’établir une filiation claire, de tirer un trait d’une œuvre à une autre, ces nouvelles sources sont autant de pièces ajoutées au dossier génétique des œuvres. Nous avons ainsi pénétrer un peu plus avant dans l’intimité des impressionnistes, dont l’acte créateur reste encore bien souvent nimbé d’une aura de spontanéité, d’instantanéité voire de naïveté.

Comme souvent, loin d’avoir clôt le champ d’étude, ce colloque l’a ouvert. Il a lancé des pistes pour poursuivre la réflexion autour du musée imaginaire, appliqué aux études impressionnistes. Assumant l’utilisation élargie du concept d’André Malraux, c’est une invitation lancée aux chercheurs à s’en emparer, comme d’un nouvel outil pour dessiner un portrait toujours plus nuancé et profond des artistes.