Les bibliothèques d’artistes aux Rencontres de la Galerie Colbert

Samedi 28 janvier, pour la 6e année consécutive, la galerie Colbert qui « héberge depuis 2001 la plupart des établissements d’enseignement et de recherche d’Île-de-France en histoire de l’art, ainsi que l’Institut national du patrimoine et l’Institut national d’histoire de l’art[1] » organisait sa journée Porte ouverte.

Cette année, l’œuvre mise à l’honneur était le tableau d’Acimboldo Le Bibliothécaire (1566, huile sur toile, 110 × 72 cm, Suède, Håbo Château de Skokloster). Quelle belle opportunité pour présenter nos travaux ! Avec Ada Ackerman,chercheuse CNRS à l’UMR Thalim, nous avons donc organisé une table-ronde réunissant plusieurs collègues qui travaillent sur ces sujets. À travers plusieurs exemples monographiques, l’enjeu était de montrer l’actualité de ce champ de recherche, les problématiques communes qu’il soulève et les propositions méthodologique qui sont développées pour y répondre.

Anne Lafont, directrice de la revue Perspective, est venue présenter le dernier numéro de la revue qui, en lien avec la réouverture de la salle Labrouste de la BnF, est consacré à l’actualité de la recherche sur les bibliothèques.

Olivier Belin, MCF à l’université de Cergy-Pontoise, qui avait organisé en 2014 le colloque « D’une bibliothèque à l’autre : bibliothèques d’écrivains, d’intellectuels, d’artistes », nous a présenté, à travers les exemples de Valéry Larbaud et Paul Eluard, les problématiques spécifiques que posent les bibliothèques d’écrivains. Il nous a annoncé que les actes du colloque et du séminaire qui l’accompagnait vont être publiés prochainement.

Carlo Vecce, de l’université L’Orientale de Naples, est lui-aussi venu présenter un livre en avant première. Ce spécialiste des manuscrits de Léonard de Vinci a travaillé à la reconstitution de la bibliothèque du maître. Un seul exemplaire lui ayant appartenu est ce jour identifié mais grâce aux listes qu’ils dressaient méticuleusement, on peut pénétrer dans cet univers de références culturelles. Ses travaux paraitront au printemps sous le très beau titre « La Bibliothèque perdue ».

Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée Eugène Delacroix, mène également un travail sur une bibliothèque perdue puisque malheureusement celle de Delacroix n’a pas été conservée. De Dante à Shakespeare et de Goethe à Byron, les thématiques littéraires de ses tableaux démontrent cependant la proximité que le peintre entretenait avec certains auteurs. Le rapport de Delacroix à la littérature est d’autant plus intéressant que lui-même a beaucoup écrit et que c’est par son journal que beaucoup de ses suiveurs se sont plongés dans son œuvre.

Ada Ackerman, spécialiste d’Eisenstein nous a fait pénétrer dans la bibliothèque du cinéaste qui était un très grand lecteur et un très grand « annotateur ». Il a également laissé des témoignages du classement, parfois surprenant mais toujours pensé, de ses ouvrages. Ces traces permettent de mieux appréhender comment les lectures d’Eisenstein ont infusé sa création.

Ségolène Le Men, professeur à Paris Nanterre et responsable de notre programme de recherche, a ensuite présenté les enjeux de nos travaux aussi bien d’un point de vue scientifique – comment faire le lien entre les travaux d’un artiste et sa bibliothèque – que technique – comment les humanités numériques renouvellent la recherche sur ces questions.

Félicie Faizand de Maupeou, IGR au Labex Les Passés dans le présent et co-responsable du projet « Bibliothèques d’artistes », a conclu la table par une plongée dans la bibliothèque de Monet, dont les quelques 700 ouvrages remettent en cause la vision d’un Monet coupé de l’actualité culturelle de son temps. Elle a également présenté les avancées numériques du projet puisque nous travaillons activement à la mise en ligne du catalogue de cette bibliothèque.

[1] http://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/missions-et-operations/rencontres-de-la-galerie-colbert.htmlrgc_programme

rgc_programme

Le projet « Bibliothèque de Monet » présenté à l’atelier Digit_Hum

Pour la troisième année consécutive, le pôle Humanités numériques du Labex TransfertS (ENS, PSL) organisait ce mardi son atelier Digit-Hum, à l’École Normale Supérieure.

Intitulé cette année « Les bibliothèques se livrent ! », il a réuni des conservateurs de bibliothèques, des chercheurs de différentes disciplines et des informaticiens. La journée s’est ouverte la veille par une conférence, donnée dans la salle historique de la bibliothèque de la rue d’Ulm par M. Roger Chartier, professeur au Collège de France. Derrière le titre Humanités numériques et matérialité des textes : articulation ou opposition, il a finalement posé la question des usages du livre et des bibliothèques à l’heure de la dématérialisation des textes. Réfutant les visions simplistes qui prédisent la disparition des livres au profit du tout numérique, il a appelé à une cohabitation entre deux modes de lecture qui, loin de s’opposer, représentent en fait deux modes complémentaires d’accès au savoir, l’un étant de l’ordre du topographique, l’autre de l’encyclopédique.

Cette journée fut pour nous l’occasion de présenter le programme de recherche sur la bibliothèque de Monet, sous la présidence de cession de Richard Walter, du laboratoire ITEM (Institut des Textes et Manuscrits Modernes). Après avoir évoqué en profondeur les enjeux méthodologiques et scientifiques que pose cette ressource à l’histoire de l’art, nous avons expliqué la méthodologie adoptée pour la mise en ligne de la bibliothèque de Monet et les différentes étapes de réalisation.

Ce fut une journée très riche en découvertes, rencontres et discussions !

digit_hum_2016-programme

Un portrait intérieur – Le musée imaginaire des impressionnistes Retour en images et en quelques mots sur le colloque

Du 6 au 8 septembre 2016 s’est déroulé, au musée des Beaux-arts de Rouen, un colloque international consacré à la question du musée imaginaire dans l’art impressionniste. Centrées sur l’étude des sources, les interventions ont révélé la richesse et la pluralité d’inspiration de ces peintres, qui loin de se cantonner à la seule nature, se nourrissent du foisonnement de leur époque. Ils se promènent longuement dans les musées pour apprendre des grands maîtres et dans les expositions contemporaines, ils lisent beaucoup les auteurs classiques comme  les théoriciens contemporains. Outre cette culture savante, ils lisent également les journaux, feuillettent les publicités et les catalogues de vente, regardent les caricatures de presse et collectionnent les timbres postaux.

L’enjeu de ces interventions et des discussions qui les ont émaillées était de comprendre comment les artistes ont eu accès à cette multiplicité de sources, comment ils s’en sont emparés et comment in fine ils se la sont appropriés jusqu’à en faire un matériau pour leur création. S’il n’est pas toujours évident d’établir une filiation claire, de tirer un trait d’une œuvre à une autre, ces nouvelles sources sont autant de pièces ajoutées au dossier génétique des œuvres. Nous avons ainsi pénétrer un peu plus avant dans l’intimité des impressionnistes, dont l’acte créateur reste encore bien souvent nimbé d’une aura de spontanéité, d’instantanéité voire de naïveté.

Comme souvent, loin d’avoir clôt le champ d’étude, ce colloque l’a ouvert. Il a lancé des pistes pour poursuivre la réflexion autour du musée imaginaire, appliqué aux études impressionnistes. Assumant l’utilisation élargie du concept d’André Malraux, c’est une invitation lancée aux chercheurs à s’en emparer, comme d’un nouvel outil pour dessiner un portrait toujours plus nuancé et profond des artistes.

Colloque international

Un portrait intérieur – Le musée imaginaire des impressionnistes

Les 7 et 8 septembre 2016 se tiendra, à l’auditorium du musée des Beaux-arts de Rouen, un colloque sur la thématique de notre groupe de recherche. Des intervenants américains, britanniques, allemands, japonais et français seront réunis pour cerner l’actualité de cette notion de musée imaginaire dans la recherche impressionniste.

Ce colloque se tient en parallèle de l’exposition Manet, Renoir, Monet, Morisot… Scènes de la vie impressionniste qui se tient au musée de Rouen jusqu’au 26 septembre.

L’entrée est libre. Le programme est téléchargeable dans cet article.

programme_colloque_musimaginaire_impressionnistes

Appel à communication

Dans le cadre de son programme de recherche sur les musées imaginaires et en lien avec l’exposition Scènes de la vie impressionniste, qui se tiendra au musée des Beaux-arts de Rouen du 15 avril au 23 septembre 2016, le Labex Les Passés dans le présent et l’université de Rouen, avec le soutien de la Terra Foundation for American Art, organisent un colloque international.

Intitulé « Un portrait intérieur – Le musée imaginaire des impressionnistes », il se tiendra les 6 et 7 septembre 2016 à l’auditorium du MBA de Rouen.

Vous trouverez ci-dessous un appel à communication plus détaillé.

 

Un portrait intérieur

Le Musée imaginaire des Impressionnistes

 

Chaque artiste possède en lui son musée imaginaire, des chefs-d’œuvre, tableaux, sculptures ou gravures, des textes et des citations, des souvenirs et des émotions esthétiques, en un mot les sensations et les images qui nourrissent son regard sur le monde. Forgé par André Malraux en 1947[1], ce concept de « musée imaginaire » abondamment commenté et parfois contesté a souvent été repris jusqu’à devenir une notion centrale qui, permettant aux historiens de l’art d’interroger les sources d’inspiration et d’émulation visuelle et intellectuelle des artistes[2], dessine en creux le portrait intime des artistes dans leur démarche créatrice. La fortune croissante de la formule depuis les années 1970 révèle sans aucun doute le besoin que nous avons de toujours mieux comprendre la genèse et les processus d’élaboration de l’œuvre d’art.

Envisager le musée imaginaire des impressionnistes revient donc à questionner la pluralité de leurs sources d’inspiration, la construction de leur imaginaire et leurs voies d’accès à la culture des images. Tel est l’enjeu de ce colloque organisé en lien avec l’exposition du musée des Beaux-arts de Rouen Scènes de la vie impressionniste, qui interroge les modalités de passage de l’œuvre d’une sphère privée à la sphère publique.

À l’impressionnisme s’attache couramment le postulat d’une nouvelle peinture qui se serait affranchie des conventions de représentation et des sources traditionnelles au profit du seul regard sur le présent, la vie contemporaine et surtout la nature. Les peintres ont parfois eux-mêmes contribué à forger cette image, en partie amplifiée par l’historiographie postérieure. Cependant, certains témoins et premiers historiens du mouvement ont signalé l’importance des sources anciennes pour les impressionnistes, leur attachement à un passé artistique dont ils se sont emparé et qu’ils n’ont pas hésité à réinventer[3]. Cette approche mérite aujourd’hui d’être reprise, prolongée et complétée, en examinant comment l’imaginaire des impressionnistes procède d’un vaste ensemble, alimenté par les beaux-arts, la presse, la caricature et l’affiche, de sources visuelles qui conjuguent le passé et le moderne.

Sous le vocable du musée imaginaire, ce colloque propose donc d’ouvrir largement le débat sur les références culturelles et leurs registres, sur la mémoire collective et individuelle et ses modes de transmission. La notion d’impressionnisme est elle-même comprise au sens large, dans ses divers prolongements internationaux et notamment américains.

Quatre axes de réflexion ou objets d’étude sont soumis aux intervenants. Ils constituent des pistes de recherches et non le programme du colloque qui sera établi en fonction des propositions retenues.

  • Portrait, autoportrait : cette première thématique se relie plus spécifiquement au propos général de l’exposition du musée de Rouen, et du Festival Normandie impressionniste 2016. Il s’agit d’interroger la constitution d’une image de soi et du groupe à travers les traditions et les usages de ce genre pictural
  • Musées, galeries, marché de l’art : dans ce registre, pourront être étudiés les points de contacts entre les tenants de l’impressionnisme – peintres, critiques, collectionneurs – l’art de leur temps et celui du passé.
  • Littérature, bibliothèque, archives : le récent ouvrage consacré à la Bibliothèque de Monet a montré l’importance des sources textuelles conservées par l’artiste dans sa maison de Giverny, – classiques, catalogues d’exposition, revues-, pour la construction de son horizon culturel[4]. Dans cette perspective, on abordera des sources jusqu’ici peu exploitées, issues notamment des bibliothèques et des archives.
  • Images, reproduction, photographie et cinéma: avec l’essor de la presse et l’apparition des nouvelles techniques de l’image, fixe et animée, se mettent en place d’autres références visuelles, plus quotidiennes, qui intègrent également le musée imaginaire des impressionnistes, comme Courbet, à la génération précédente, l’avait anticipé à sa manière.

Les candidats devront soumettre un projet de communication de 20 minutes au plus, accompagné d’un court CV bio-bibliographique. Les propositions ne doivent pas dépasser 1800 caractères, ou 300 mots.

Elles devront être envoyées au plus tard le 10 janvier 2016 à l’adresse musimaginaire.impressionnistes@gmail.com . Les propositions seront examinées par un comité scientifique.

[1] André Malraux, Les Voix du silence. Le Musée imaginaire, Paris, Gallimard, NRF, 1965 (édition de poche, 1ère éd. 1947). Voir Henri Zerner, « André Malraux ou les pouvoirs de l’image photographique », Écrire l’histoire de l’art, Figures d’une discipline, Paris, Gallimard, 1997, p.145-156, Georges Didi-Huberman, L’Album de l’art à l’époque du musée imaginaire, Paris, Hazan, 2013. Le musée, sous réserve d’inventaire, numéro 805-806 de Critique coordonné par Jean-Louis Jeannelle, 2014.

[2] Voir notamment Musées imaginaires, n°182/2013-4 de La revue de l’art, coordonné par Ségolène Le Men, 2013. Encore très récemment, la cinémathèque française faisait usage de cette expression pour le titre de l’une de ses expositions : Le musée imaginaire d’Henri Langlois, 2014.

[3] Voir l’exposition du Denver Art Museum en 2007 sur le thème Inspiring Impressionism. The impressionists and the Art of the Past… qui développe cette problématique d’une manière particulièrement solide. Voir également Impressionist Lens, exposition de 2009-2010 à l’Université du Michigan et au Dallas Museum of Art, sur le thème de la photographie et de son influence sur l’impressionnisme.

[4] Ségolène Le Men, Claire Maingon, Félicie de Maupeou, La bibliothèque de Monet, Paris, Citadelles et Mazenod, 2013.

Journée d’étude au Louvre : La lumière au prisme d’Augustin Fresnel entre arts et sciences

A l’occasion de l’année internationale de la lumière, le Louvre et l’École Polytechnique s’associent dans l’organisation d’une journée d’étude internationale consacrée au dialogue entre arts et sciences.

Partant des recherches d’Augustin Fresnel sur la lumière ondulatoire, les intervenants de cette journée, qui se déroule le lundi 2 novembre à l’auditorium du Louvre, se proposent d’examiner la question d’une éventuelle corrélation entre cette découverte et l’évolution du traitement de la lumière dans la peinture de la fin du XVIIIe siècle et jusqu’à l’impressionnisme.

Cette manière d’envisager les évolutions artistiques à travers les porosités entre les disciplines enrichira notre réflexion autour du musée imaginaire des artistes, compris dans son acception large d’horizon culturel.

 

Les labex face aux défis des humanités numériques

Les 24 et 25 septembre 2015, notre Labex PasP et celui Patrima (Cergy-Pontoise et Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines) organisaient, conjointement avec la direction générale des patrimoines, un colloque d’envergure internationale qui s’est tenu à la BnF sur la question des Patrimoines en recherche(s) d’avenir.

Derrière ce titre, c’est la question de la temporalité élargie et de la gestion d’un héritage patrimonial pluriel qui était soulevée. Comment inventorier le patrimoine actuel et faire vivre aujourd’hui celui produit hier, notamment à travers les nouvelles technologies numériques ?

La première journée était davantage consacrée aux questions d’historicité de la mémoire (Anne Hertzog, Université de Cergy-Pontoise (UCP), MRTE, Musées et découpages du monde. Assignations territoriales du patrimoine), de patrimonialisation (Michèle Baussant, CNRS, CRFJ, et al., Mise en visibilité des mémoires des migrations : une patrimonialisation singulière ?) et de médiation (Marie-Sylvie Poli, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), Centre Norbert Elias, La muséologie de la réception : une approche critique de la patrimonialisation comme pratique sociale). Suivant des approches théoriques (Sylvain Antichan et Jeanne Teboul, UPOND, ISP, La classe (sociale) de l’histoire : les expositions historiques revues par les visiteurs issus de milieux populaire) ou plus directement issus d’expérience de terrain (Nicolas Prévôt, UPOND, CREM-LESC, Le patrimoine musical des Nanterriens : un projet « INOUI » de webdocumentaire), les intervenants ont tous mis en évidence la fluidité des patrimoines aussi bien dans leur production que dans leur restitution.

Lors de la matinée du vendredi, les chercheurs et conservateurs de musées, de bibliothèques ou d’archives se sont confrontés au problème de la dématérialisation du traitement des patrimoines face à la matérialité indépassable de l’œuvre, de l’archive ou du document historique comme l’a bien illustré Isabelle Aristide-Hastirdes Archives nationales à partir de l’exemple des lettres de Marie-Antoinette. (Décrypter les lettres de Marie-Antoinette ? L’apport des technologies récentes en imagerie pour révéler un texte sous-jacent dans un manuscrit de la fin du XVIIIe siècle). Enfin ces journées se sont closes par un dense après-midi davantage consacré aux usages des nouveaux outils numériques. À partir d’exemples concrets, les différents intervenants ont tenté de comprendre la répercussion de ces technologies sur la manière non seulement de conserver et donc de perpétuer les patrimoines mais aussi de les diffuser auprès d’un public, plus ou moins habitué à cette nouvelle forme de discours. En filigrane, c’est aussi la question des bonnes pratiques du numérique pour en faire un outil au service de la recherche et des patrimoines qui était posée.

Cette problématique est aussi apparue à plusieurs reprises lors de la journée d’étude sous forme d’atelier qu’organisait le lundi suivant (28 septembre) le Labex TransferS (ENS). L’enjeu était ici de faire le point sur l’usage des humanités numériques au sein de l’École Normale Supérieure. La présentation de projets touchant l’archéologie, la littérature ou l’histoire de l’art a permis là aussi de mettre en lumière les formidables opportunités offertes par des outils comme les bases de données et la cartographie. Au cœur des débats, les questions de formation et de diffusion de la recherche ont mis en lumière la nécessité de mettre en place des outils de travail communs. Après une première phase d’appropriation de ces technologies pour des projets spécifiques, le défi des humanités numériques est désormais celui de l’interopérabilité des données dans un souci de diffusion de la recherche auprès d’un public le plus large possible.