Les labex face aux défis des humanités numériques

Les 24 et 25 septembre 2015, notre Labex PasP et celui Patrima (Cergy-Pontoise et Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines) organisaient, conjointement avec la direction générale des patrimoines, un colloque d’envergure internationale qui s’est tenu à la BnF sur la question des Patrimoines en recherche(s) d’avenir.

Derrière ce titre, c’est la question de la temporalité élargie et de la gestion d’un héritage patrimonial pluriel qui était soulevée. Comment inventorier le patrimoine actuel et faire vivre aujourd’hui celui produit hier, notamment à travers les nouvelles technologies numériques ?

La première journée était davantage consacrée aux questions d’historicité de la mémoire (Anne Hertzog, Université de Cergy-Pontoise (UCP), MRTE, Musées et découpages du monde. Assignations territoriales du patrimoine), de patrimonialisation (Michèle Baussant, CNRS, CRFJ, et al., Mise en visibilité des mémoires des migrations : une patrimonialisation singulière ?) et de médiation (Marie-Sylvie Poli, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV), Centre Norbert Elias, La muséologie de la réception : une approche critique de la patrimonialisation comme pratique sociale). Suivant des approches théoriques (Sylvain Antichan et Jeanne Teboul, UPOND, ISP, La classe (sociale) de l’histoire : les expositions historiques revues par les visiteurs issus de milieux populaire) ou plus directement issus d’expérience de terrain (Nicolas Prévôt, UPOND, CREM-LESC, Le patrimoine musical des Nanterriens : un projet « INOUI » de webdocumentaire), les intervenants ont tous mis en évidence la fluidité des patrimoines aussi bien dans leur production que dans leur restitution.

Lors de la matinée du vendredi, les chercheurs et conservateurs de musées, de bibliothèques ou d’archives se sont confrontés au problème de la dématérialisation du traitement des patrimoines face à la matérialité indépassable de l’œuvre, de l’archive ou du document historique comme l’a bien illustré Isabelle Aristide-Hastirdes Archives nationales à partir de l’exemple des lettres de Marie-Antoinette. (Décrypter les lettres de Marie-Antoinette ? L’apport des technologies récentes en imagerie pour révéler un texte sous-jacent dans un manuscrit de la fin du XVIIIe siècle). Enfin ces journées se sont closes par un dense après-midi davantage consacré aux usages des nouveaux outils numériques. À partir d’exemples concrets, les différents intervenants ont tenté de comprendre la répercussion de ces technologies sur la manière non seulement de conserver et donc de perpétuer les patrimoines mais aussi de les diffuser auprès d’un public, plus ou moins habitué à cette nouvelle forme de discours. En filigrane, c’est aussi la question des bonnes pratiques du numérique pour en faire un outil au service de la recherche et des patrimoines qui était posée.

Cette problématique est aussi apparue à plusieurs reprises lors de la journée d’étude sous forme d’atelier qu’organisait le lundi suivant (28 septembre) le Labex TransferS (ENS). L’enjeu était ici de faire le point sur l’usage des humanités numériques au sein de l’École Normale Supérieure. La présentation de projets touchant l’archéologie, la littérature ou l’histoire de l’art a permis là aussi de mettre en lumière les formidables opportunités offertes par des outils comme les bases de données et la cartographie. Au cœur des débats, les questions de formation et de diffusion de la recherche ont mis en lumière la nécessité de mettre en place des outils de travail communs. Après une première phase d’appropriation de ces technologies pour des projets spécifiques, le défi des humanités numériques est désormais celui de l’interopérabilité des données dans un souci de diffusion de la recherche auprès d’un public le plus large possible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *